Futebol pra Caramba!

Si on vous parle de Brésil, les premières images qui vous viennent en tête sont des filles en bikini sur la plage (ça j’en parlerai plus tard),

Plage de Copacabana, et nageurs en bikini

des favelas pleines de personnes sans souliers (ça aussi j’en parlerai plus tard), et bien sur, le foot.

Grande joie pour moi qui m’intéresse au foot comme à ma première paire de bretelles que de me retrouver dans ce pays où 9 personnes sur 10 sont tout simplement droguées à ce sport.

En effet, dans le pays le plus catholique du monde, si Jésus avait joué au foot, c’est lui qui aurait été Dieu.

Ici, vous trouverez dans chaque boutique, quelle qu’elle soit, une télévision allumée, et si match de foot il y a, vous pouvez être certains de trouver également une foule compacte, rivée sur l’écran, vibrant de concert au rythme de la balle rebondissant sur le terrain. C’est presque religieux, cette transe commune. Oui, définitivement, ici, le foot est une religion.

Qui dit religion dit donc idoles. Les footballeurs professionnels d’ici sont les rock stars que nous connaissons en France, et fleurissent les pages des magazines people. Il faut savoir qu’à Rio seulement, existent 4 clubs majeurs que sont Botafogo, Flamengo, Fluminense, et Vasco da Gama, plus une vingtaine de clubs moins importants. Cela représente donc une population de plusieurs centaines de personnes rien que dans cette ville, une population riche, très très riche. Chacun des joueurs de ces clubs valent à eux seuls plusieurs millions de Reais, ou d’euros, comme vous préférez, et attirent donc forcément convoitises, fantasmes, et autres curiosités. Les paparazzis se régalent avec eux, et l’on se souvient d’ailleurs des frasques de l’aujourd’hui bien grassouillet Ronaldo, retrouvé en « bonne compagnie » dans un hôtel.

Une travestie prouvant son identité de genre, et le célèbre Ronaldo (cliquez sur l'image pour lire l'article de l'AFP)

On a même un nom pour la fille qui court le footeux: mulher de chuteiro (ou femme à chaussure de foot), présente en nombre dans tous les évènements qui touchent à ce sport et dans les soirées VIP qui en rassemblent les professionnels, polluant l’atmosphère de ses cris aigus quand un pectoral apparaît par inadvertance. Des groupies quoi.

Bref, le foot est partout.

Sur la plage notamment,

Foot sur la plage d'Ipanema

tous les jeunes, hommes surtout, jouent à ce sport en plus ou moins grands groupes. L’enfer si, comme moi, vous avez peur des ballons. Passons.

Avant hier, j’étais calmement en train de regarder un film dans mon appart, la fenêtre ouverte, quand j’entend résonner dans ma rue une clameur terrible, un gigantesque cri de joie s’est mit à retentir de tous les côtés, suivi de plusieurs déflagrations: (écoutez avec le lien ci-dessous)

[audio http://dl.free.fr/babjNRS5q/goooooal.mp3]

Je ne le savais pas, mais était en réalité en train de se dérouler un match « historique », avec ni plus ni moins de 9 buts. De quoi faire rougir de honte les joueurs du PSG. Je ne suis pas en mesure de vous en dire plus, les détails de ce sport ne me passionnant pas vraiment. Tout ce que je sais, c’est que les gens étaient fous, criaient à leur fenêtre, et que c’était sympa, vraiment sympa d’être au milieu de ce tumulte, de cette passion, et que j’attends le prochain match avec impatience.

Publicités

Une réponse à “Futebol pra Caramba!

  1. Quel plaisir de pouvoir suivre ton périple ma petite Caro ! Et le mélange entre les photos et les bandes son est vraiment sympa, bon même si la bande-son bug parfois (j’ai réussi quand même à la lire).
    A quand un post sur la jet-set brésilienne?
    Bisous !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s