Jésus revient

Lorsque l’on vit dans le pays le plus catholique du monde avec près de 1/6 de la population catholique mondiale, et dans une ville dominée par un gigantesque Christ de 38 mètres de haut, illuminé la nuit,

Le Christ rédempteur, de nuit, dans la brume. Mystique.

on devrait s’attendre à en voir des manifestations. Mais, vraisemblablement, j’avais sous-estimé la puissance et l’omniprésence de la croyance ici.

La première chose qui m’a frappée, c’est le nombre d’églises, évangéliques pour la plupart, que l’on peut trouver. Ces églises peuvent avoir des tailles variant entre l’immense cathédrale St Sébastien qui mesure ni plus ni moins de 96 mètres,

Vue de la cathédrale St Sébastien depuis la station du bondinho

à la minuscule église de quartier coincée dans un local commercial, avec pour seuls meubles quelques chaises et une sono, et dans lesquelles on peut faire tenir en tout et pour tout, une dizaine de fidèles et le prètre-animateur, guitare électrique à la main.

Car s’il y a une autre chose qui frappe quand on commence à s’intéresser à la religion au Brésil, c’est la manière de pratiquer, qui est à mille lieues de la messe plus ou moins austère que l’on peut connaître en France. Ici, et comme dans beaucoup d’autres contextes d’ailleurs dans ce pays, la foi se pratique en chanson. Chaque église possède son propre répertoire de chants sacrés aux consonances assez pop que toute la communauté chante en coeur chaque dimanche. D’ailleurs, aujourd’hui, c’est dimanche et par ma fenêtre, je n’entends pas (ou plutôt plus) de cris de supporters enflammés, mais bien un brouhaha de musique religieuse venue des quelques cinq églises qui ont élu domicile dans ma seule rue.

Statues sur les marches d'une église à Ipanema

Dieu est donc partout, en haut de la colline du Corcovado bien sur, mais aussi sur les pare-brises des voitures et des bus. Un secteur fleurissant ici est la fabrication d’autocollants à messages pour la plupart religieux, que l’on trouve sur pratiquement chaque véhicule motorisé du pays.

Mur d'autocollants pour voiture

Dieu est aussi dans les mots des gens, qui prendront souvent congé de vous en vous gratifiant d’un petit « và com deus » (vas avec Dieu). On entendra aussi très souvent des personnes dire « se Deus quiser », le « Inch’ Allah » local, au milieu d’une conversation.

La religion est donc absolument omniprésente, et crée un véritable sentiment de communauté chez les gens. L’église devient un point central de la vie du groupe, en organisant divers évènements. J’ai eu d’ailleurs la chance d’assister par hasard, avec mon ami Charles, à la fête de la communauté jeune d’une église évangélique de Botafogo, Ser e Renascer (Être et renaître). Attirés là par de la musique forte et des jeunes souriant devant un de leurs amis crachant du feu dans la rue, nous avons pénétré dans une salle plutôt vide, avec des rangées de chaises de chaque côté et des lasers verts en guise d’ambiance lumineuse, au fond de la salle, une batterie qui doit certainement servir durant les offices, et au milieu, un tapis sur lequel s’amusaient quelques enfants. A peine deux minutes après que nous soyons rentrés, une jeune fille d’environ quinze ans, tout sourire, nous souhaite la bienvenue, et nous explique que nous sommes là dans la fête mensuelle du groupe de jeunes de leur communauté. Après les présentations, elle prend un papier et nous demande nos noms, prénoms et numéros de téléphone, afin de nous recontacter. Étrange… Nous n’avons pas cédé.

fête des jeunes de l'église Ser e Renascer à Botafogo

Car il faut savoir une chose, c’est qu’au delà des apparences joyeuses, l’Eglise évangélique peut représenter une certaine menace, que l’on peut comparer à celle des sectes. En effet, les fidèles ont une obligation de participation financière. Pas de panier en osier passé entre les rangées dans lequel on jette nonchalamment quelques pièces pour les plus pingres ou quelques billets pour les plus fidèles. Ici, on parle plutôt de 10% du salaire offert d’office à l’église, chaque mois, ce qui peut être problématique pour certaines parties de la population les plus démunies, qui sont d’ailleurs celles qui se rendent le plus dans ces églises.

La religion est donc un marché, un acteur économique de poids et une véritable institution politique. Certains Brésiliens m’ont d’ailleurs confirmé qu’il était dangereux d’écrire sur le sujet, en tant que journaliste brésilien, tant l’influence de l’Eglise est forte. Cette force économique se perçoit aussi dans le nombre de produits dérivés qui sont vendus. Tout le monde connaît par exemple les fameux bracelets de l’église Nossa Senhora do Bomfim de Salvador

bracelets nossa senhora do Bomfim

que l’on doit accrocher à son poignet en faisant trois voeux et attendre qu’ils se décrochent naturellement pour que nos souhaits se réalisent. Plus étonnants que ces produits dérivés dont on trouvera des équivalents sérieux à Lourdes d’ailleurs, sont ces prêtres rockeurs qui sont ici de véritables stars, à l’image du Padre Reginaldo Manzotti, qui totalise plusieurs millions de vues sur You Tube.

Le fait est que cette forte place de la religion donne à la vie ici un aspect mystique, pas désagréable, renforcé encore par la Macumba, cette religion proche du vaudou dont je vous parlerai plus tard. On se surprend à devenir superstitieux, à éviter de croiser le regard des chats noirs et à poser son sac  toujours sur une chaise (le poser au sol ferait partir l’argent, véridique si j’en crois les 1200 R$ qui m’ont été volés une semaine seulement après mon arrivée). En tout cas, on a envie de s’y intéresser, un peu comme pour le foot en fait. Prochaines étapes de ma quête spirituelle: un match et une messe!

Advertisements

2 réponses à “Jésus revient

  1. Je veux un bracelet.

  2. tu sais ou Padre Reginaldo achète ses polos??

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s