Umbanda: entre Vodoo et Christianisme, un cigare à la bouche

Le Brésil est un pays qui dispose d’une liberté religieuse très importante, illimitée. Toute confession y est autorisée, respectée,soutenue, la notion de secte n’existe pas. Cette situation entraîne parfois des abus, comme certaines églises évangéliques qui n’hésitent pas à soutirer l’argent du fidèle crédule pour payer au pasteur une montre plaquée or sur laquelle il pourra lire l’heure de la prochaine « réunion ». Cela permet aussi l’existence de rites originaux, qui, à nos yeux européens paraissent absolument exotiques, presque d’un autre âge.

Parmi ceux-ci, j’ai testé pour vous la religion Umbanda. Ce rite récent, fondé en 1908 par le médium Zélio Fernandino de Moraes, dans l’état de Rio de Janeiro, reprend à la fois les idoles du candomblé, les Orixas, et Jésus.

C’était un samedi, mon amie Manon m’avait invitée à assister à la cérémonie de l’église de son ami Bruno, étudiant la semaine, médium le samedi. Rendez-vous à 17h au métro Maracanã, dans la zone Nord pour aller voir ce que c’est. Bruno nous amène jusqu’à une maison réaménagée en lieu de culte, un peu plus loin du métro. La zone Nord de Rio, un endroit où l’on ne va jamais, ou presque, sauf pour les cours, et encore là on ne fait que prendre une passerelle qui nous mène directement du métro à l’intérieur de la fac, et dont on a entendu tout un paquet d’histoires pas rassurantes qui impliquent souvent un flingue. Adrénaline, donc.

La maison est assez grande, un peu ancienne. A l’intérieur, Bruno touche chacune des portes qu’il croise puis porte ses doigts à ses lèvres. Tout est rite. Nous allons nous asseoir sur un petit banc blanc dans la cour intérieure et nous attendons, un peu timides, le temps que Bruno aille revêtir sa tenue de Médium. La décoration est simple. Sur un des murs, un poster représente des chiens qui courent, en face, un tableau noir indique les prochaines cérémonies: Pretos Velhos (vieux noirs) ou Indiens d’Amazonie.

Au bout d’un certain temps, nous rentrons dans la pièce où aura lieu la cérémonie. C’est une pièce divisée en deux dans la largeur par quelques colonnes et un muret, avec une ouverture au centre. Les murs sont blancs, les chaises sont blanches, le sol est blanc, mais au fond, dans les coins, deux spots diffusent une lumière verte qui confère une ambiance étrange à l’ensemble. Dans la première partie de la pièce, qu’on pourrait qualifier de nef, des chaises sont alignées des deux côtés d’une allée centrale qui servira de frontière entre la zone réservée aux hommes et celle attribuée aux femmes. Sur un des piliers, une affichette en papier indique qu’il est demandé de ne pas porter de vêtements d’une couleur sombre, ni de croiser les jambes durant la cérémonie. Raté, j’ai un tee-shirt noir.

De l’autre côté du petit muret qui sépare la pièce en deux se situe la zone réservée au rite à proprement parler. Ce qui nous a frappé en premier lieu est le nombre de personnes qui participent au rite: autant que ceux qui ne font qu’y assister, en tout, une quarantaine de personnes. Rien à voir avec la traditionnelle asymétrie prêtre/fidèles. Ils sont vêtus d’un uniforme de couleur claire, parfois avec un pantalon ou une jupe bleu marine et portent des colliers colorés qui représentent leur grade dans l’église. Il est difficile de tracer un portrait du médium moyen, ils sont de tous âges, tous sexes, toutes couleurs. Au fond de la pièce se tient un autel des plus étranges constitué d’une accumulation d’idoles (ma préférée étant celle de St-George, le Saint Chevalier,qui brandit son épée sur son cheval cambré, très romanesque). A gauche de l’autel, un mannequin à la « peau » marron, vêtu de pagnes et de plumes représente les indiens d’Amazonie, et à droite se situe un trône d’osier sur lequel la maîtresse de cérémonie (une petite vieille à l’air très sérieux) tiendra l’office. Enfin, tout au fond à droite, les percussionnistes tiendront le rôle d’ambiance sonore.

La cérémonie se déroule en deux étapes. Tout d’abord, on chasse les mauvais esprits et on appelle les bons. Pour cela, plusieurs chansons, au refrain scandé à répétition.

« Jesus, Maria, José,

Jesus Maria José,

Agua também é remedio

Mas precisa muita fé »

(Jésus, Marie, Joseph/ L’eau aussi est un remède, mais il faut beaucoup de foi)

Puis, petit à petit, les choses changent. Après un long discours de la maîtresse de cérémonie dos à nous, les médiums commencent à agir bizarrement. Ils se courbent, des stigmates nouveaux apparaissent sur leur visage. L’un après l’autre, ils se tournent vers la porte et poussent de petits cris. On nous expliquera ensuite que c’était pour faire fuir les mauvais esprits. Certains allument des cigares, d’autres boivent un peu d’alcool.

On nous demande ensuite de nous lever, de retirer nos chaussures et de nous mettre en ligne le long de l’allée. Là, l’un après l’autre, on passe devant la « prêtresse » qui nous secoue un porte-encens fumant devant nous, puis dans notre dos. Les chansons reprennent, puis c’est la pause.

Manon et moi commençons à nous sentir un peu plus à l’aise, personne ne nous regarde comme des intruses comme cela nous inquiétait. Néanmoins, on ne sait pas bien comment se comporter et nous sommes soulagées de retrouver quelque chose que nous connaissons: des salgados, (cf, cet article) et des sodas que l’on achète dans la petite buvette de la maison. Ca tombe plutôt à pic, il est déjà 19h passées et on a faim.

Commence alors la deuxième partie de la cérémonie: la consultation des esprits. Nous ne nous sommes pas inscrites au début, sur la liste. On nous a conseillé de ne pas le faire, les esprits auxquels on irait parler sont très anciens et parlent un portugais qu’on ne comprendrait certainement pas, mais ce n’est pas grave, on ne le sentait pas trop et puis de toute façon on était là pour observer. Il n’empêche qu’il faudra quand même se faire purifier et c’est là que les choses commencent à se gâter.

Les médiums sont tous de l’autre côté du muret, assis le dos courbé sur de petits tabourets et préparent leurs offrandes: de l’alcool, des fleurs et du tabac. Sur leur visage on lit vraiment le poids des années, ils sont changés, des personnes physiquement opposées aux êtres jeunes qu’ils étaient au début de la cérémonie. Encore une fois, on nous demande de nous aligner dans l’allée, mais cette fois pour nous rendre de l’autre côté du muret, dans la partie plus sacrée.

Là, un médium nous est désigné. Dans mon cas, une femme d’une trentaine d’années qui avait sur le visage une expression extrêmement sérieuse, méchante, avec au fond des yeux un peu de folie, qui me faisait peur. Elle a commencé par me toucher, frotter mes bras et mes jambes avec énergie comme pour en chasser de la poussière. Devant, puis derrière. Ensuite, avec son cigare, elle m’a soufflé des bouffées de fumée un peu partout avant de les chasser en formant des petits tourbillons avec ses doigts. Nos regards se sont croiser entre Manon et moi, nous avons étouffé un rire nerveux. Puis nous sommes allées nous assoir, sous le choc.

Une fois que tout le monde était passé entre les mains des médiums pour se faire purifier au cigare, une nouvelle file s’est créée, cette fois pour aller discuter avec le médium qui aurait le don de répondre à toutes vos questions, quelles qu’elles soient, même s’il s’agit de lui demander de guérir votre cheville tordue, ou de vous donner des conseils amoureux. C’est à ce moment que nous avons décidé de partir, il était déjà presque 22h et la zone Nord n’est pas l’endroit le plus accueillant de Rio, encore moins la nuit. Bruno, qui ne faisait pas partie des médiums « incarnés » est venu nous rejoindre et en a profité pour nous expliquer quelques miracles de sa religion: sa tante aurait guéri du cancer de manière inexpliquée par des médecins qui la considéraient déjà perdue, et de nous donner quelques explications quant à sa vocation qu’il aurait depuis tout petit. Un don qu’il décrirait comme quelque chose d’inné.

Ce que je retiendrais de cet cérémonie, c’est un énorme doute. Je n’ai jamais été quelqu’un de trop rationnel et j’ai toujours eu envie de croire à ce que la science ne sait pas nous expliquer. Par contre, j’avais toujours perçu la religion, d’autant plus la religion spiritiste comme une énorme arnaque à naïfs. Une manière de leur soutirer des sous avec un bon jeu d’acteur. Ou, dans le meilleur des cas, un espèce d’hallucinogène placebo collectif. J’étais sceptique. Mais de le voir de mes yeux, j’ai vu poindre en moi la lueur d’un doute. Ces gens étaient trop bons acteurs, ils étaient trop persuadés, trop concentrés pour une supercherie. Mais en même temps, c’est trop gros, trop Buffy contre les Vampires. Douteux.

La prochaine fois, je vous raconterai une réunion évangélique, une toute autre histoire. En attendant, pas de Boogie Boogie avant vos prières du soir!

Publicités

4 réponses à “Umbanda: entre Vodoo et Christianisme, un cigare à la bouche

  1. Article très sympa à lire: tout comme la vie à Rio, léger, humain et plein de vie. Mais ne nous trompons pas, cette légèreté n’est qu’élégance. Les Caracas restent complexes et secrets.

  2. Rhaaa, mais pourquoi t’es pas restée pour avoir la réponse à tout…!!?? T’aurais pu savoir pour le 21 décembre 2012 par exemple, ou alors si Tom Cruise est gay!!

    • Nan mais de toute façon je m’étais pas inscrite sur la liste alors je pouvais pas aller leur parler. Puis c’était déjà assez flippant comme ça. Cela dit, c’est pas une mauvaise idée, je pourrais y retourner et demander le résultat des présidentielles, par exemple…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s